Image

Foire aux questions





Pour toute autre question, n’hésitez pas à nous contacter au 05 59 11 10 90.
Nous vous encourageons à cliquer sur une rubrique pour consulter les questions associées.


Quelles différences entre thermalisme et thalassothérapie ?

Le thermalisme, c’est l’utilisation à des fins thérapeutiques de l’eau minérale naturellement chaude et, la thalassothérapie, c’est l’utilisation de l’eau de mer à des fins de bien-être.

Le thermalisme a essentiellement une visée curative. Le thermalisme utilise des eaux minérales aux caractéristiques chimiques naturelles qui traitent des pathologies particulières. Ces eaux minérales sont reconnues par le Ministère de la Santé qui donne ainsi l’agrément à la station thermale qui les utilise dans le cadre de soins encadrés. Ses effets curatifs sont reconnus médicalement, prouvés scientifiquement et utilisés dans le traitement de pathologies diverses. De fait, lors d'une cure thermale, tous les moyens médicaux et sanitaires sont mis au service du curiste. Ce dernier est alors soumis à une surveillance médicale sur toute la durée de la cure thermale, effectuée par un médecin spécialiste et les soins sont dispensés par des spécialistes (kinésithérapeutes, hydrothérapeutes, infirmiers…).

La thalassothérapie a essentiellement une visée préventive et relaxante.
Elle tire ses bienfaits de l'environnement marin (algues, climat, boue marine) et utilise uniquement de l'eau de mer. Sur le plan de la réglementation, la thalassothérapie ne bénéficie d'aucune prise en charge par l'Assurance Maladie.

Les eaux des stations thermales ont-elles toutes les mêmes propriétés ?

Non, toutes les eaux des stations thermales n’ont pas les mêmes propriétés.
Sur le plan chimique, au-delà des éléments de base (bicarbonates, sulfures, sulfates, chlorures, oligo-éléments et éléments rares), en fonction de nombreux paramètres, notamment géologiques, les eaux thermales contiennent également plus ou moins de minéraux (calcium, magnésium, sodium, potassium), d’halogènes (brome, iode, fluor…) et de métalloïdes (oligo-éléments), ainsi que des éléments radioactifs. L’homme est lui-même composé de ces divers éléments.
C’est pourquoi ils jouent un rôle capital dans le cycle des réactions biochimiques de l’organisme.
Bien que mineurs en quantité, ils font la particularité de chaque eau et sa capacité à soigner les pathologies pour laquelle elle est utilisée.

Les propriétes des eaux des stations thermales sont liées à leur localisation géographique :

Classification des eaux Localisation géographique
Eaux sulfurées : présence de sulfures et d'hydrogène sulfuré (sodiques, calciques, thiosulfatées, chloro-sulfurées) Pyrénées (zone axiale)
Eaux sulfatées : anions* sulfates prépondérants (sodiques magnésiennes, calciques, ferrugineuses) Pyrénées nord, Alpes, Vosges
Eaux chlorurées : anions* chlorures prépondérants (sodiques fortes, sodiques faibles) Pyrénées nord, Alpes, Jura, Savoie
Eaux bicarbonatées : anions* bicarbonates prépondérants (sodiques mixtes, calciques ferrugineuses) Massif Central

Quels sont les mécanismes d'action de la cure thermale ?

Les mécanismes d’action des cures thermales sont liés aux particularités géologiques des produits thermaux naturels utilisés, mais également à l’environnement proposé dans les établissements thermaux.


Les produits thermaux : eaux, vapeurs, boues ou gaz
Ils sont à base d’eaux thermales et sont déclinés sous plusieurs formes : eaux, vapeurs, boues ou gaz. Selon leur composition chimique naturelle et leur administration (en soins externes, sous forme de massage, de bains, de douches…), ils agissent sur les douleurs, la détente musculaire, la souplesse articulaire et dermique, l’appareil respiratoire ou la santé globale, mentale et physique.
Les soins prodigués participent également aux effets curatifs de la cure thermale : ils sont adaptés pour traiter spécifiquement chaque pathologie et personnalisés selon les patients. Par exemple, les douches pénétrantes assurent une détente générale, les aérobains ont une action relaxante, les massages secs ou sous eau thermale assurent une décontraction musculaire, les bains hydromassants favorisent le relâchement des muscles et sont anti-stress. Les applications de boues ou d’algues, outre leur effet sédatif, assurent une détente globale pouvant aller jusqu’à la somnolence. Les étuves qui utilisent localement la vapeur d’eau thermale agissent comme un décontracturant sur les poignets, mains, chevilles ou colonne vertébrale.

Un environnement favorable
Au-delà des produits thermaux, les mécanismes d’action de la cure thermale sont également liés à des soins complémentaires spécifiques ainsi qu’à la nature même de l’environnement de la cure thermale.

  •  L'éducation à la santé : La cure est un moment de disponibilité qui permet l'assimilation des messages de santé publique, l'acquisition de connaissances et de savoir-faire qui seront utiles à la prévention ou à la prise en charge de la pathologie.
  •  L'éducation thérapeutique : De plus en plus de stations thermales proposent des outils d’amélioration des savoirs en santé : stages sur des thèmes spécifiques, conférences grand public ou encore programmes de prévention et d’éducation thérapeutique du patient. Ces programmes, devant répondre à des cahiers des charges nationaux, se développent autour de pathologies précises. L’objectif est de permettre aux malades d’engager un travail de fond pour comprendre leur pathologie et appréhender les caractéristiques d’une hygiène de vie. Le curiste devient alors acteur à part entière de sa prise en charge, dans un environnement fait pour apprendre à vivre avec une maladie longue. Les stations thermales ont mis en place des programmes d'éducation thérapeutique du patient agréés, dédiés à des maladies chroniques (surpoids, syndrome métabolique, fibromyalgie, asthme, troubles veineux, polyarthrite rhumatoïde,...).
  •  Des activités de détente : Le temps de repos fait partie intégrante de la démarche thérapeutique. Entre deux soins, le curiste doit s’allonger, dans une salle réservée à cet effet, assurant la détente et le prolongement des soins. Par ailleurs, en dehors des soins de cure, les curistes profitent des activités offertes par les stations thermales : marches collectives ou individuelles sur sentiers balisés, cyclisme, gymnastique douce, aquagym, sophrologie, yoga, tai-chi,...
  •  Une rupture avec le quotidien. Le temps de cure permet au malade chronique de couper avec sa vie familiale et professionnelle. C’est une césure bénéfique sur le plan psychologique qui entraîne une détente loin du stress du quotidien.

En utilisant de l'eau de ville dans les soins, obtient-on les mêmes effets ?

Non, les effets des cures thermales sont directement liés aux compositions chimiques des eaux minérales des sources qu’elles exploitent. Une eau est déclarée minérale lorsque, jaillissant d’une source identifiée, elle possède de caractéristiques physico-chimiques déterminées et constantes, une pureté microbiologique et a démontré l’existence d’un bénéfice pour la santé. Selon son faciès physico-chimique, l'eau sera utilisée pour une ou plusieurs orientations thérapeutiques spécifiques.
Il existe ainsi en France environ sept cents sources d’eau minérales répertoriées et utilisées dans la centaine de stations thermales françaises.
Les eaux sont classées sur le plan thérapeutique en fonction de leur composition chimique (quantité et nature des minéraux contenus sous forme ionique, pH, température).

Quelles sont les types d'eau thermale qui existent ?

•  Les eaux sulfurées sodiques ou calciques (forte présence d’acide sulfhydrique) ont un taux élevé en soufre qui exerce une action curative sur les muqueuses, lieu de développement des infections chroniques. Elles sont utilisées pour lutter contre les maladies des voies respiratoires (rhinites, otites, asthme, bronchites,...).

•  Les eaux sulfatées (forte présence de soufre) sont indiquées dans les affections du rein et dans certaines maladies métaboliques (eaux sulfatées calciques). Mixtes (calciques et magnésiennes), elles sont aussi indiquées pour le traitement des eczémas, des séquelles et cicatrices de brûlure.

•  Les eaux chlorurées sodiques – salées où prédomine le chlorure de sodium, provenant souvent de gisements de sel gemme, ont un effet stimulant sur la croissance et sont indiquées dans le traitement des troubles du développement et de l'énurésie.

•  Les eaux bicarbonatées gazeuses ont pour élément le bicarbonate. Les eaux bicarbonatées sodiques facilitent le traitement de certaines affections gastro-intestinales et hépato-biliaires. Elles régularisent la motricité du tube digestif, atténuent les spasmes digestifs et ont également une action cicatrisante sur la muqueuse intestinale. Les eaux bicarbonatées calciques ont un effet anti-inflammatoire, apaisant et cicatrisant en dermatologie, notamment dans le traitement de l’acné et des brûlures.

•  Les eaux faiblement minéralisées – moins de 500 mg par litre – et en particulier oligo-métalliques (cuivre, arsenic, sélénium, zinc…),

•  Les eaux ferrugineuses

Y'a t-il des effets durables ?

Oui, les bénéfices des cures thermales sont observables sur le long terme. Il s’agit même de la vocation de la Médecine Thermale : efficace, pour longtemps !
Elle est une véritable réponse face aux maladies chroniques : les résultats des différentes études menées ont démontré l’efficacité du service médical rendu de la crénothérapie, non seulement par les soins prodigués mais par les conditions de prises en charge et par l’éducation thérapeutique du patient : cliquez ici

La recherche thermale suit-elle les avancées de la médecine en général ?

La médecine thermale n’échappe pas à l’évaluation imposée par les contraintes médicales et économiques.
Les établissements thermaux sont placés sous le contrôle du Ministère de la Santé qui est assisté de l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) pour apprécier la qualité des produits thermaux, et de l’Académie de Médecine qui établit les propriétés thérapeutiques des eaux, produits et traitements thermo-minéraux.
Les cent établissements thermaux sont conventionnés par la sécurité sociale. Ils mettent en œuvre la centaine de soins répertoriés et normalisés regroupés en forfaits par orientation thérapeutique.
Par ailleurs, les établissements thermaux ont naturellement des obligations de sécurité sanitaire draconiennes : désinfection, détartrage, nettoyage et également maintien d’une stabilité thermique, minérale et biochimique des ressources thermales.
La surveillance en incombe à une équipe de techniciens qui prélève quasi quotidiennement des échantillons d’eau thermale, en différents points des circuits. Ce laboratoire est sous le contrôle sanitaire des services de l’Etat compétents et rend compte régulièrement des résultats des prélèvements.
Pour aller plus loin, le Conseil National des Exploitants thermaux a impulsé la mise en place d’une démarche de maîtrise des risques sanitaires dans les établissements thermaux afin de répondre à un enjeu de sécurité sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine.
Un guide des bonnes pratiques et des modules de formation permettent à l’ensemble des exploitations thermales d’initier un processus de management des risques dans leurs installations.
Cette démarche est, au terme d’un audit, validée par un référentiel de certification, Aquacert, élaboré par un comité réunissant à la fois les professionnels et les associations de consommateurs.

Qui doit prescrire une cure thermale : est-ce au médecin traitant ou au médecin spécialiste de le faire ?

La cure est prescrite par un médecin, généraliste ou spécialiste (ou un chirurgien-dentiste dans le cas des affections des muqueuses bucco-linguales) sur le formulaire Cerfa n°1139*01. Télécharger le formulaire
Les soins thermaux sont eux prescrits par le médecin thermal et mis en œuvre dans l’établissement thermal.

Une cure peut-elle être prescrite pour une double orientation ?

La cure peut associer la prise en charge d’une indication principale et d’une indication secondaire ; votre médecin traitant devra le renseigner sur le formulaire Cerfa n°1139*01, qui prévoit ce cas de figure.

Pourquoi prescrire une cure thermale?

La cure thermale est un moyen thérapeutique en tant que tel et peut être une des composantes d’un traitement plus global.
Espérer pouvoir réduire ses médicaments ou faire une pause thérapeutique répond à une demande de nombreux malades.
La cure thermale parce qu’elle est médicale, globale, éducative et parce qu’elle agit sur l’évolution des comportements peut se révéler comme un espace de transition permettant la pause médicamenteuse.
Elle est même une bulle d’oxygène pour les malades qui supportent mal les effets secondaires de certaines thérapeutiques. Une interruption temporaire de traitements de fond est proposée parfois par le médecin aux malades chroniques. Pour soutenir le patient dans cette parenthèse, dite fenêtre thérapeutique, la cure thermale s’inscrit alors comme un élément concret qui favorise le maintien de la santé et les bénéfices des traitements suspendus.
Par ailleurs, elles sont des thérapies douces, qui conviennent particulièrement aux populations les plus fragiles, comme les personnes âgées ou les patients souffrant de douleurs chroniques intenses.

Pour quelles pathologies, votre médecin peut-il vous prescrire une cure thermale ?

Les cures thermales peuvent être prescrites pour douze orientations médicales précises, qui organisent le thermalisme en France :

•  Rhumatologie : la cure thermale améliore de très nombreuses situations chroniques : lombalgie chronique, coxarthrose et gonarthrose, arthrose des mains et des pieds, rhumatismes inflammatoires en dehors des poussées évolutives (polyarthrite, spondylarthrite, rhumatisme psoriasique), fibromyalgie, suites de chirurgie ostéo-articulaire, séquelles d’algodystrophie notamment. La cure rhumatologique est une cure externe utilisant principalement des eaux chaudes et faite essentiellement de balnéation, d’applications de boues, de douches, de massages, d’exercices.
Les Thermes d’Ax-les-Thermes, de Casteljaloux et de Rochefort sont agréés en Rhumatologie

•  Voies respiratoires : dans le domaine respiratoire, asthme, bronchite chronique, rhino-sinusite chronique, otite chronique ou récidivante, pharyngite chronique sont les affections les plus emblématiques. Les patients bénéficient principalement de techniques de humages, inhalations, aérosols, lavages, exercices respiratoires.
Les Thermes d’Ax-les-Thermes sont agréés en ORL-Voies Respiratoires

•  Phlébologie : en phlébologie, les eaux ne sont pas chaudes ; elles sont administrées sous forme de bains et douches ; les exercices de marche, les massages de drainage complètent l’essentiel de l’arsenal thérapeutique dont bénéficient les sujets porteurs d’insuffisance veineuse chronique, avec ou sans troubles trophiques (ulcères variqueux), de séquelles de phlébite, voire de lymphœdème.
Les Thermes de Rochefort sont agréés en Phlébologie
•  Dermatologie : en dermatologie, bains, douches, pulvérisations, applications de produits dermocosmétiques, massages permettent de lutter contre nombre de dermatoses chroniques au premier rang desquelles psoriasis et dermatite atopique chronique. La cure thermale est également très profitable en cas de brûlures dont elle contribue à favoriser une cicatrisation harmonieuse.
Les Thermes de Rochefort sont agréés en Dermatologie

•  Les Affections des Muqueuses Buccales : les Affections des Muqueuses Buccales (parodontopathies, stomatites chroniques, intolérances aux prothèses, aphtoses…) sont améliorées par les bains buccaux, les douches et autres soins de bouche.
Les Thermes de Rochefort sont agréés pour les Affections des Muqueuses Bucco-linguales

•  Neurologie et affections psychosomatiques
•  Gynécologie
•  Les voies digestives et métabolisme et les voies urinaires et métabolisme
•  Les troubles du développement
•  Les maladies cardio-artérielles

Quelles sont les modalités de prise en charge ?

Pour retrouver les modalités de prise en charge, cliquez ici.

Qu'est-ce que le ticket modérateur ?

Ce sont les 35 % restant à votre charge et qui devront être versés à votre arrivée en cure (sauf dans le cas d’une exonération). Ils peuvent être remboursés par votre mutuelle (renseignez-vous auprès de celle-ci).

J’ai la carte CMU, devrais-je payer le ticket modérateur ?

Non, à condition que vous nous donniez en même temps que votre prise en charge une copie à jour de votre attestation CMU.

Pourquoi c’est un médecin de la station thermale qui doit me prescrire les soins et pas mon médecin traitant ?

La cure thermale, pour être prise en charge par la Sécurité Sociale, doit être prescrite par un médecin, généraliste ou spécialiste et être de 21 jours consécutif dont 18 jours de soins (pas de soin le dimanche).
Le médecin thermal sur place dans la station connait l’établissement thermal et les soins pratiqués par l’établissement thermal, qui ne sont pas les mêmes suivant les établissements thermaux.
Le médecin thermal est l’intermédiaire entre le médecin prescripteur et l’établissement thermal qui réalise les soins.
En fonction de l’orientation thérapeutique de la station, de l’état général du patient, des possibilités du plateau technique de l’établissement thermal et des forfaits thermaux, c’est lui qui va prescrire les soins qui seront délivrés aux Thermes.
A savoir : 3 visites médicales sont obligatoires pendant la cure. La première avant le début des soins afin qu’il puisse prescrire les soins après une consultation du patient, au milieu de la cure pour vérifier que tout se passe bien et réajuster le traitement, si nécessaire, et la 3ème en fin de cure afin d’en faire le bilan.

Mon médecin doit-il contacter le médecin de la station thermale qui me suivra pendant ma cure ?

Ce n'est pas une obligation. Cependant, si vous présentez des contre-indications, il est conseillé d’emporter en cure tout votre dossier médical, avec si possible un courrier de votre médecin traitant pour son confrère, les radiographies, les ordonnances, la liste des médicaments et les résultats d’examens biologiques. Il s’agit de servir l’efficacité de la prise en charge et de favoriser la coordination des soins.

Une cure thermale prise en charge par un régime d’assurance maladie, peut-elle avoir une durée de moins de 18 jours ?

Non, pour qu’elle soit prise en charge, la cure thermale doit être de 18 jours de soins. Soit 3 semaines de cure sans interruption (pas de soins le dimanche).

Puis-je utiliser ma prise en charge délivrée par un régime d’assurance maladie pour un séjour de remise en forme ?

Non. Seules les cures thermales de 18 jours prescrites par le médecin sont prises en charge.

Ma prise en charge est datée du mois de novembre, puis-je l’utiliser pour une cure l’année suivante ?

Oui, à condition qu’elle soit effectuée avant la fin mars. Une prise en charge datée d’octobre ou de novembre est valable pour l’année en cours et pour le 1er trimestre de l’année suivante. Lorsqu’elle est du mois de décembre, elle est valable pour toute l’année suivante.

Si la cure thermale ne me convient pas médicalement, puis je l’arrêter ? Serais-je remboursé ?

Oui, à condition que l’arrêt soit justifié médicalement par le médecin thermal, celui-ci établira un certificat médical précisant l’arrêt de la cure thermale.

Puis-je utiliser ma prise en charge dans n’importe quelle station thermale alors qu’elle mentionne le nom d'une station thermale en particulier ?

Non, il faut impérativement faire sa cure dans la station thermale qui figure sur votre prise en charge. S’il s’agit d’une erreur de votre caisse, vous pouvez demander à ce qu’elle soit rectifiée.

J’ai perdu ma prise en charge, que dois-je faire ?

Vous pouvez demander un duplicata à votre caisse.

Les cures thermales sont-elles limitées à 3 années ?

Non, il n’y a pas de nombre limite de cures thermales, il faut seulement que votre état de santé le nécessite. Ainsi, seul votre médecin pourra vous prescrire une cure thermale.

Quelles sont les principales contre-indications ?

Les contre-indications au thermalisme sont d’ordre général et correspondent à des affections évolutives susceptibles d’être aggravées par la cure (cancers en phase évolutive, maladies inflammatoires en poussée, infections actives) et à des maladies ne permettant pas de supporter la cure sur le plan général, notamment insuffisances cardiaque et respiratoire. Renseignez-vous auprès de votre médecin traitant.

Que faut-il faire pour réserver sa cure thermale ?

1. Le médecin traitant remplit le formulaire de demande de prise en charge administrative, vous complétez les rubriques de ce formulaire qui vous concernent, et vous adressez la demande de prise en charge à votre caisse d'affiliation.
2. Remplissez avec soin votre fiche de réservation et adressez-la aux Thermes accompagnée d’un chèque d’acompte. Vous recevrez une confirmation de réservation des Thermes vous indiquant la date et l’heure de début de vos soins.
3. Prenez rendez-vous avec le médecin thermal de votre choix.
4. Réservez votre hébergement.

Quand faut-il réserver sa cure thermale ?

Il n’est jamais trop tôt pour réserver. Plus vous réservez tôt, plus les horaires de vos soins auront la possibilité de correspondre à vos souhaits.

Quelle est la durée d’une cure ?

Pour qu’elle soit prise en charge, elle devra être impérativement de 18 jours de soins consécutifs.
Pour être efficace, la durée d’une cure est de 18 jours à raison de 6 jours par semaine. Un planning personnalisé est élaboré par le médecin. Cependant il existe des cures plus courtes qui peuvent durer 6 ou 12 jours.
Il est à noter que seule la cure de 18 jours est remboursée par la sécurité sociale.

Quels soins sont pratiqués pendant la cure ?

Pour connaître tous nos soins thermaux, Cliquez ici

Quelle est la durée des soins ?

Une cure thermale, c’est un tiers de soins, un tiers d’activité physique et un tiers de repos.

La durée des soins thermaux (bains, douches…) varie : elle est généralement comprise entre 5 et 15 minutes par soin. Le traitement quotidien dure de 1h à 2h. Les activités physiques varient et sont adaptées en fonction du patient.
Le repos en cure thermale est indispensable, en raison des modifications physiologiques qu’entraînent les différentes techniques thermales utilisées. La majorité des soins pratiqués provoque une vasodilatation des vaisseaux, une augmentation de la pression artérielle, une accélération du rythme cardiaque, une augmentation de la diurèse et de la température corporelle. Dans les minutes qui suivent l’arrêt des soins, l’organisme effectue des corrections qui peuvent entraîner des réactions comme la chute de pression artérielle. Il faut donc prendre le temps du retour à la stabilisation de l’organisme.
Le curiste bénéficie de trois visites médicales pendant son séjour, et trois à six soins par jour sont obligatoires (selon les orientations médicales).

Quels soins sont pratiqués pendant la cure ?

Pour connaître tous nos soins thermaux, Cliquez ici

Puis-je choisir mes soins thermaux ?

Non, c’est le médecin thermal de la station qui détermine les soins dont vous avez besoin. N’oubliez pas votre dossier médical, votre prise en charge et un moyen de paiement pour votre rendez-vous avec le médecin.

Les soins thermaux sont-ils douloureux ?

Non, les soins ne sont pas douloureux.

Peut-on scinder la cure thermale en plusieurs parties ?

Non, pour que votre cure thermale soit prise en charge elle doit être de 18 jours consécutifs.